Edora

/

Activités / Dossiers

/

Bioénergies

/

Biomasse centralisée en Wallonie

Biomasse centralisée en Wallonie

CONTEXTE

Dans le cadre de son appel à projet pour une centrale biomasse (enveloppe d’~1 millions de CV annuels) qui s’est clôturé en novembre 2016, la Région wallonne a reçu deux candidatures.

Pour rappel, la Région envisage d’inclure une telle centrale dans son bouquet énergétique à l’horizon de 2030.

Dans sa proposition de « Clean Energy Package » publiée en décembre 2016, la Commission Européenne prévoit cependant de supprimer le soutien aux centrales électriques pures (sans valorisation de la chaleur).

ENJEUX POUR LE SECTEUR

Le projet wallon de grande biomasse centralisée ne peut en aucun cas compromettre le développement des autres filières locales (disponibilité des moyens et des ressources).

Dans ce type de projet, la valorisation de la chaleur (par système de cogénération) est considérée comme essentielle afin d’assurer un rendement énergétique global le plus élevé possible.

L’ensemble des retombées socio-économiques du projet (contribution à la balance commerciale, emploi local, coût de production,….) doit être pris en compte, en comparaison à d’autres filières.

L’impact environnemental (dont le bilan carbone) est un enjeu important pour les projets exploitant une ressource de manière massive.

POSITIONNEMENT D’EDORA

EDORA a remis au Gouvernement wallon un avis sur son projet d’Arrêté qui prépare le cadre légal au lancement de l’appel d’offre pour une ou plusieurs unités de biomasse solide de plus de 20 MW.

Par ailleurs, EDORA a demandé à ce qu’une telle centrale biomasse soit soutenue par un autre mécanisme de financement que les certificats verts et se justifie dans le cadre d’une stratégie de sécurité d’approvisionnement nationale.

PERSPECTIVES ET PLAN D’ACTION

Le Ministre wallon de l’Energie a annoncé il y a quelques semaines (mai 2017) que le projet serait amené à évoluer, probablement pour en assurer la conformité avec le nouveau cadre européen en discussion.