Edora

/

Activités / Dossiers

/

Communication

/

Débat politique pré-électoral

Débat politique pré-électoral

CONTEXTE

  • Le 28 mars 2019, une centaine d’acteurs ont assisté à l’évènement organisé conjointement par EDORA et le Cluster TWEED afin de dresser l’état des lieux d’une transition énergétique durable.
  • EDORA y a détaillé son mémorandum et a ensuite organisé un débat politique où cinq des six principaux partis francophones du pays ont débattu de leurs propositions en matière de transition énergétique.
  • La matinée, quant à elle, était organisée par le Cluster TWEED dont plusieurs membres ont présenté une quinzaine de fiches-projets mettant en avant des idées innovantes en termes de micro-réseau, de stockage, de chaleur verte et de durabilité énergétique.

POSITIONNEMENT D’EDORA

  • Lors de la présentation de son mémorandum et du débat politique, EDORA a rappelé l’importance pour nos politiques d’évoluer vers un système énergétique durable, flexible et décentralisé tout en assurant l’exploitation optimale du potentiel renouvelable ainsi qu’un coût vérité pour toutes les sources d’énergie.

LE POINT DE VUE DES ENTREPRISES

  • Trois membres d’EDORA se sont prononcés sur plusieurs sujets importants : Ventis a insisté sur la nécessité de raccourcir les délais de recours au Conseil d’Etat, Becquerel Institute a montré les différentes possibilités en termes d’autoconsommation collective et Climact a présenté une étude sur la tarification carbone.

LE DEBAT POLITIQUE

  • Le débat a été structuré sur les axes clefs suivants : les objectifs à atteindre à court et moyen termes en matière de renouvelables, les contraintes à lever pour favoriser leur développement, les alternatives à retenir dans le cadre de la sortie du nucléaire, l’exonération du tarif prosumer et la tarification carbone.
  • En terme d’objectifs, certains partis se basent sur les objectifs européens alors que d’autres partis plaident pour un relèvement des objectifs de la Belgique en matière d’énergies renouvelables.
  • Concernant les contraintes à lever, les délais de rigueur au Conseil d’Etat et l’éolien ont occupé une place prépondérante dans le débat.
  • Tous les partis s’accordent pour sortir définitivement du nucléaire en 2025 et pour trouver des alternatives d’ici là.
  • L’exonération du tarif prosumer a suscité des avis partagés : prônée par la majorité actuelle, son impact négatif sur l’autoconsommation a également été mentionné.
  • Concernant la tarification carbone, quasi tous les partis sont favorables à son instauration.