Edora

/

Activités / Dossiers

/

Eolien

/

Bridage acoustique

Bridage acoustique

CONTEXTE

  • Dans le cadre de la procédure d’octroi de permis, la « Cellule Bruit » de l’administration wallonne impose la limite arbitraire de maximum 3 dBA pour le bridage nocturne des éoliennes (hors conditions estivales).
  • Il s’agit d’une contrainte difficilement compréhensible car la « Cellule Bruit » n’a pas à se prononcer sur l’opportunité du projet en termes de productible. Par ailleurs, cette règle ne semble plus correspondre aux différentes évolutions technologiques (ex : modes de bridages prédéfinis) et empêche parfois la mise en œuvre des meilleures technologies disponibles.

ENJEUX POUR LE SECTEUR

  • Lever une contrainte arbitraire et peu justifiée à l’octroi des permis éoliens.
  • Mise en place des meilleures technologies disponibles.

POSITIONNEMENT D’EDORA

  • EDORA a rassemblé les éléments de terrain permettant de remettre en cause l’imposition d’une limite de bridage acoustique arbitraire.
  • EDORA a par ailleurs mis en évidence qu’une telle limite ne permettait pas d’optimiser l’exploitation du potentiel éolien du site.
  • EDORA a organisé une rencontre entre la « Cellule Bruit » et une délégation du secteur éolien qui a permis de comprendre que cette norme était appliquée « à titre de précaution » car la Cellule Bruit n’a pas suffisamment de retours du terrain pour juger de la pertinence des différentes modélisations, ni de vue sur le contenu des futures « conditions sectorielles éoliennes ».
  • La Cellule Bruit a été sensibilisée aux arguments d’EDORA et s’est montrée prête à reconsidérer sa position à condition de disposer de suffisamment de suivis acoustiques. EDORA a donc encouragé ses membres à fournir directement à la « Cellule Bruit » les études de suivis acoustiques de leurs parcs.

PERSPECTIVES ET PLAN D’ACTION

  • Des rencontres de suivi devront être organisées avec la « Cellule Bruit » afin de faire évoluer leur norme actuelle.
  • EDORA interrogera également l’autorité wallonne sur la réelle pertinence de continuer à mentionner un bruit à l’émission dans les conditions particulières du permis.
  • EDORA œuvrera à l’intégration de cette contrainte dans la dynamique de la Pax Eolienica II.