Edora

/

Vision

/

Intégration des demandes d’EDORA dans les priorités gouvernementales

Intégration des demandes d’EDORA dans les priorités gouvernementales

CONTEXTE

  • Cette nouvelle législature est cruciale pour mettre en œuvre une réelle transition énergétique qui apporte une réponse adéquate aux enjeux énergétiques et de sécurité d’approvisionnement, climatiques, environnementaux et sanitaires vécus par le pays. Ce sera par ailleurs la dernière législature avant la sortie complète du nucléaire prévue pour 2025.
  • Début 2019, EDORA avait proposé dans son mémorandum pour les élections 2019 une cinquantaine de recommandations politiques majeures afin d’alimenter la réflexion des futurs gouvernements pour négocier au mieux le virage de cette transition énergétique.

ENJEUX POUR LE SECTEUR

  • Il était essentiel que les principales recommandations politiques d’EDORA soient intégrées dans les Déclarations de politiques régionales (DPR) et générales des gouvernements afin de s’assurer un cadre pour la prise de mesures pertinentes durant cette nouvelle législature.
  • Les mesures inscrites dans les DPR font en effet office d’axes de travail gouvernementaux durant cette nouvelle législature

POSITIONNEMENT D’EDORA

  • EDORA a pu convaincre les principaux partis politiques francophones d’intégrer une série de propositions du secteur des énergies renouvelables dans leurs priorités en matière de politique énergétique.
  • La fédération a ensuite eu l’occasion de rencontrer les formateurs régionaux afin d’alimenter directement le contenu des déclarations de politique régionale.
  • EDORA a ainsi notamment accueilli favorablement l’intégration des principales priorités suivantes dans la DPR wallonne:
    o Objectifs revus à la hausse en termes de diminution d’émission de gaz à effet de serre et d’énergies renouvelables.
    o Volonté de tendre vers un système énergétique décentralisé et décarboné, une mise en œuvre de la législation entourant le
    développement des communautés d’énergie renouvelable, un renforcement de la gestion flexible de la demande, des investissements
    dans les réseaux orientés en priorité là où le potentiel d’électricité renouvelable est important et une tarification plus dynamique.
    o Soutien financier raisonnable et évolutif, en tenant compte de la logique du marché, afin d’atteindre les objectifs renouvelables.
    o  Poursuite de l’installation de panneaux solaires sur les toits et encouragement aux installations photovoltaïques de grande dimension.
    o En éolien : adaptation de la Pax Eolienica, amélioration de la sécurité juridique, accélération des procédures, utilisation des
    technologies les plus performantes, volonté de lever des contraintes militaires.
    o Développement des diverses formes de chaleur renouvelable, évaluation des mécanismes de soutien au gaz renouvelable afin de
    soutenir la filière et favoriser les unités de biomasse décentralisées.
    o Aide aux ménages pour sortir du pétrole lampant, charbon et mazout, en privilégiant les alternatives renouvelables. Développement de réseaux de chauffage public urbain et de la géothermie.
    Sur base de ces engagements gouvernementaux, EDORA a publié et présenté aux différents ministres wallons concernés une liste de première mesures concrètes et urgentes à mettre en œuvre en Wallonie.

    Au niveau bruxellois, EDORA s’est notamment réjouie des principaux engagements énergétiques suivants:- les ambitions accrues en matière de politique climatique, notamment via un relèvement de l’objectif 2030 à minimum 40% de réduction GES et un objectif de neutralité carbone d’ici 2050,
    o l’accélération prévue du rythme de rénovation du bâti existant,
    o la promesse d’une alimentation de tous les bâtiments et équipements publics en électricité exclusivement renouvelable d’ici 2024,
    o la volonté de rendre le parc automobile et les flottes publiques plus respectueux du climat et de l’environnement,
    o l’annonce de la construction prochaine d’une installation de biométhanisation des déchets organiques.

PERSPECTIVES ET PLAN D’ACTION

  • Cette liste de bonnes intentions devra maintenant être affinée et suivie de très près par EDORA pour en assurer une mise en œuvre effective via une multiplication de nouvelles rencontres politiques, l’élaboration de mesures concrètes et la mise sur pied, le cas échéant, d’une coalition d’acteurs soutenant les demandes d’EDORA.
  • EDORA veillera également au respect des engagements pris et à la cohérence des mesures adoptées afin de négocier au mieux la transition énergétique durable de notre pays.