Edora

/

Vision

/

Pacte énergétique

Pacte énergétique

CONTEXTE

Fin 2025, l’entièreté du parc nucléaire sera fermé selon le calendrier fixé par la loi.

D’ici là, la Belgique fait face à un double enjeu. Faire progresser la transition énergétique afin d’honorer ses engagements dans le cadre de l’Accord de Paris, et s’assurer d’un approvisionnement en électricité sûr, abordable et durable à l’échelle du pays.

Les 4 Ministres de l’énergie ont élaboré en 2017 une vision énergétique afin de clarifier la manière dont la Belgique pouvait répondre à ce double enjeu.

ENJEUX

Veiller à l’opérationnalisation de la sortie programmée du nucléaire, afin de lever les incertitudes pesant sur le cadre d’investissement.

Prise en compte et mobilisation de tous les moyens contribuant à la flexibilité du système.

Mettre en place les principaux éléments du puzzle « transition énergétique », notamment: vision nationale mix énergétique 2050, objectifs clairs à l’horizon 2030 (RES, EE et GHG), cohérence entre niveaux de compétences (les préoccupations du secteur concernent tant le fédéral que le régional), assurer la mise en œuvre effective de la sortie du nucléaire.

POSITIONNEMENT D’EDORA

EDORA a participé à la vaste consultation (organisée du 3 mai au 30 juin 2017) organisée par les 4 entités au sujet de la vision énergétique belge

EDORA y a répondu en veillant à aborder la thématique énergétique de la manière la plus large possible

EDORA a également participé à la présentation de l’étude ELIA relative aux capacités de remplacement du nucléaire

PERSPECTIVES ET PLAN D’ACTION

Le Gouvernement fédéral a finalement approuvé début 2018 le Pacte énergétique.

La sortie effective du nucléaire passera en particulier par: (i) des objectifs ambitieux et clairs en matière d’efficacité énergétique et de renouvelables; (ii) détermination des capacités nécessaires pour remplacer les réacteurs nucléaires

EDORA plaidera pour que la part nécessaire aux capacités soit réduite au maximum grâce à un apport accru du renouvelable, de la flexibilité et du stockage. La capacité résiduelle nécessaire pourra faire l’objet d’un mécanisme de soutien, neutre technologiquement et clairement balisé (pour être complémentaire au renouvelable et à la flexibilité)