Edora

/

Activités / Dossiers

/

Bilan 2020 et perspectives 2021

/

Vision énergétique

Vision énergétique

Contexte

  • En 2016, EDORA avait développé une vision énergétique avec ODE (fédération flamande des énergies renouvelables), ponctuée par des propositions politiques, afin de contribuer de manière constructive au débat sur l’avenir énergétique belge, résolument tourné vers la transition énergétique.
  • Cette vision énergétique se base sur le déploiement prioritaire de l’efficacité énergétique, d’un bouquet renouvelable ambitieux et équilibré et de la flexibilité du système énergétique.
  • En 2019, EDORA a réalisé un travail de mise à jour du « mission statement », des « missions et visions » d’EDORA et du descriptif de la fédération afin de disposer de nouveaux dépliants décrivant le travail, la mission et la vision de la fédération pour les membres, futurs membres, parties prenantes, journalistes et autorités du pays. (Lien vers le mission statement d’EDORA)

Enjeux pour le secteur

  • Le développement d’une vision énergétique est essentiel afin d’assurer la mise en œuvre d’une transition énergétique adéquate qui réponde aux enjeux climatiques, environnementaux, énergétiques et socio-économiques.
  • Concrètement, une telle vision devrait faciliter le développement équilibré et ambitieux des filières renouvelables en Belgique et apporter un climat d’investissement plus favorable pour le secteur de la transition énergétique.
  • La vision énergétique d’EDORA permet aussi à la fédération de se positionner comme un interlocuteur incontournable de la transition énergétique et de directement s’intégrer dans les différentes dynamiques politiques relatives à l’élaboration de stratégies énergétiques belges à l’horizon 2030.

Positionnement d’EDORA

Dans le cadre des élections de mai 2019, EDORA aélaboré et publié son mémorandum : «Recommandations politiques pour une transition énergétique durable ». EDORA y rappelle que les défis actuels requièrent un secteur énergétique :

  1. Plus durable et efficace
  2. Plus flexible
  3. Plus renouvelable

EDORA appelle ainsi les politiques belges à mettre en œuvre une stratégie énergétique reposant sur :

o Une approche intégrée (entre secteurs et filières énergétiques), cohérente et concertée entre entités fédérées et le fédéral.
o Une prise en compte de l’électrification croissante du système énergétique et de son évolution vers un modèle de plus en plus décentralisé
o Un recours accru aux outils de flexibilité, la stimulation de l’autoconsommation collective et la mise en place de mesures d’efficacité
énergétique.
o Une exploitation maximale et optimale du potentiel renouvelable via la levée d’une série de contraintes à l’installation et la sécurisation du cadre juridique.
o Une évolution vers un « coût vérité pour toute source d’énergie » via notamment la mise en place d’une tarification carbone réellement incitative.

  • Cette vision a été concrétisée sous la forme d’une cinquantaine de recommandations politiques concrètes dans le mémorandum d’EDORA pour les élections 2019.
  • Cette vision a également servi de base au positionnement d’EDORA dans le cadre du PNEC, du CRM et des différentes demandes spécifiques et réactions de la fédération élaborées en vue des engagements des nouveaux gouvernements.
  • En 2020, EDORA a traduit sa vision et ses principales demandes dans une note de positionnement intitulée « Contribution à la future Note de Politique générale du Gouvernement fédéral ». Dans ce positionnement, EDORA appelle le Gouvernement fédéral à s’engager à élaborer une stratégie énergétique intégrée et concertée avec les régions aux horizons 2025 – 2030 – 2035, à privilégier un mécanisme CRM en soutien à la transition énergétique, à se lancer dans la mise en place d’un cadre pour une tarification carbone incitative et budgétairement neutre et à lever une série de contraintes au développement renouvelable.
  • EDORA a multiplié les rencontres avec les partis politiques pour qu’un maximum de ces attentes et propositions du secteur soient incluses dans les priorités du Gouvernement fédéral.
  • EDORA a été auditionnée au Parlement fédéral en juin 2020 afin de se positionner sur une proposition de résolution relative à une éventuelle sortie limitée du nucléaire après 2025. EDORA y a fustigé l’absence de stratégie de remplacement des outils nucléaires et de développement d’un bouquet énergétique durable et renouvelable. EDORA a ainsi eu l’occasion d’y présenter sa vision énergétique, son appel à augmenter la flexibilité du système électrique belge et une série de propositions de mesures concrètes.
  • EDORA a travaillé sur les contours d’une future étude financée par la fédération qui se concentrerait sur une analyse des données existantes relatives au potentiel de flexibilité électrique en Belgique (DSM, stockage, hydrogène vert, virtual power plants…) permettant d’accompagner la montée en puissance des renouvelables variables à l’horizon 2025-2035. Cette étude nécessiterait une analyse des liens intersectoriels (ex. : véhicules électriques, pompes à chaleur…) et de leurs influences en termes de sécurité d’approvisionnement.

Perspectives et plan d’action

  • La vision énergétique d’EDORA servira encore de cadre à la plupart des positions et réactions futures de la fédération, afin d’insister sur l’intégration des mesures proposées à la nécessaire transition énergétique.
  • EDORA compte sur l’élaboration d’une nouvelle étude de potentiel de flexibilité du système électrique belge pour alimenter la réflexion de la fédération dans sa participation aux débats sur la stratégie énergétique et la sécurité d’approvisionnement qui auront lieux dans la seconde partie de l’année 2021 (décision sur les conditions de sortie du nucléaire, premier appel d’offre CRM…).
  • Au niveau wallon, EDORA alimentera au mieux le processus de révision de Plan Air Climat Energie 2030 (PACE 2030) en poussant à revoir à la hausse une série d’objectifs en matière d’énergie renouvelable et en veillant à l’intégration des mesures adéquates permettant de soutenir une plus grande ambition climatique de la Wallonie.