Edora

/

Activités / Dossiers

/

Bilan 2018 et perspectives 2019

Bilan 2018 et perspectives 2019

BILAN 2018

L’année 2018 et le début 2019 ont été marqués par différents changements de contexte pour la fédération :

  • La fin de la législature, la campagne électorale en vue des élections cruciales de mai 2019 et la préparation des priorités énergétiques de la future législature.
  • Nouveau déménagement de la fédération afin de former un « Energy Hub » regroupant différentes fédérations et associations actives dans l’énergie durable, avec de nouvelles opportunités d’échanges et de synergies.
  • Modification significative de la composition du staff liée à des départs et congés de maladie de longue durée.

Ces nouveaux contextes ont offert de nouvelles opportunités pour la fédération mais ont également momentanément impacté le travail au quotidien en obligeant la fédération à prioriser certains dossiers.

Les principales thématiques qui ont été traitées et instruites en 2018 / début 2019 portent sur :

  • L’élaboration des recommandations politiques d’EDORA pour une transition énergétique durable (mémorandum pour les élections de mai 2019) : la cinquantaine de recommandations politiques d’EDORA élaborée avec les membres d’EDORA dans la perspective des élections de mai 2019 vise à alimenter la réflexion des futurs gouvernements afin de négocier au mieux le virage de la transition énergétique tout en apportant une réponse aux enjeux climatiques de plus en plus criants. La future législature sera d’autant plus cruciale qu’elle devrait être la dernière avant la sortie du nucléaire.
  • Large diffusion de la stratégie énergétique d’EDORA : les recommandations élaborées dans le cadre du mémorandum ont été largement diffusées à l’ensemble des partis politiques, ministres et parlementaires francophones des commission pertinentes, afin de pouvoir au mieux s’inscrire dans les programmes des partis politiques. Cette diffusion a été appuyée par des rencontres individuelles avec différents mandataires politiques afin de faire de certaines recommandations politiques une priorité pour la prochaine législature (déclarations de politiques générale et régionales). En outre, EDORA a porté ses principales recommandations dans le cadre de son analyse du Plan National Energie Climat 2030 (PNEC) belge envoyée aux ministres belges pertinents et à la Commission européenne
  • L’évolution à court et long termes des mécanismes de soutien aux renouvelables : après la participation d’EDORA à la Task Force certificats verts mise en place par le Ministre Crucke, la fédération a multiplié les contacts avec le Gouvernement et la CWaPE afin de plaider pour un soutien prévisible et suffisant tout en ne générant pas d’effet d’aubaine. EDORA a ainsi participé à la réflexion de la CWaPE relative à un nouveau mécanisme de soutien et a formulé au cabinet du Ministre de l’Energie une série de recommandations et propositions originales visant à maintenir une sécurité d’investissement suffisante pour poursuivre le développement renouvelable en Wallonie. Par ailleurs, EDORA a également participé aux réflexions belges en terme de mise en place d’un CRM afin d’identifier les opportunités de ce mécanisme pour les technologies de la transition énergétique durable (stockage, DSR,…).
  • Tarification carbone : la compétitivité des renouvelables passe par la nécessaire internalisation des coûts externes de l’ensemble des énergies, en particulier dans les secteurs non électriques. EDORA a développé une réflexion relative à la mise en place d’une tarification carbone dans le cadre d’un « tax shift » et souhaite que les futurs gouvernements en fasse une priorité politique afin d’accélérer la mise en œuvre de la transition énergétique.
  • Vers une tarification intelligente : via sa participation aux consultations de la CWaPE, au sein du Conseil des Usagers à Bruxelles et au Users’ Group d’Elia, EDORA a plaidé pour la mise en place d’un modèle tarifaire qui incite à la gestion intelligente des réseaux et qui permette le développement d’un marché de la flexibilité (production, demande, stockage).
  • Communautés d’énergie renouvelable : dans le cadre du rôle de plus en plus important que seront amenées à jouer les communautés locales d’énergie dans la transition énergétique, EDORA s’est positionnée lors d’avis et consultations sur le projet de décret « autoconsommation collective » (devenu « Communautés d’énergie renouvelable ») avec un accent sur les principes d’application du tarif spécifique et sur l’importance de la simplification administrative du régime d’autorisation.
  • La levée d’une série de contraintes à l’installation et au développement renouvelable : EDORA a œuvré à obtenir un assouplissement ou une clarification de certaines contraintes à l’installation (ex. : augmentation des hauteurs d’éoliennes près des aéroports militaires, distances des éoliennes aux habitations en ZAE et aux infrastructures, levée de l’ambiguïté dans le cadre de la modification temporaire de voirie,…).
  • Appel à l’établissement d’un cadre de développement pour certaines filières renouvelables : afin d’optimiser l’exploitation des bioénergies en Wallonie, EDORA propose le développement d’un « Plan de développement Biomasse 2020-2030 » basé notamment sur un inventaire des gisements, une stratégie de déploiement et l’activation d’un soutien adéquat. Pour EDORA un cadre de déploiement des réseaux de chaleur est également essentiel. EDORA propose aussi l’élaboration d’une stratégie d’exploitation du PV à Bruxelles et en Wallonie, basée, entre autres, sur un cadre d’implantation hors toitures et une procédure d’appel d’offres systématique pour les équipements collectifs. En éolien, EDORA appelle à une révision à la hausse des hauteurs limites des éoliennes afin de pouvoir installer les meilleures techniques disponibles en Wallonie.
  • Vers une sécurisation juridique accrue du secteur éolien : EDORA a initié un appel commun avec d’autres acteurs économiques majeurs afin que les futurs gouvernements s’attèlent à réduire les délais de recours en annulation au Conseil d’Etat. EDORA a déjà obtenu l’engagement de plusieurs partis francophones de s’y atteler lors de la future législature. EDORA a aussi lancé un processus de rédaction d’un guide de bonnes pratiques sur les permis, à l’attention des membres.
  • Elaboration d’une stratégie de communication : sur base d’une enquête personnalisée auprès des membres, EDORA a lancé un processus de mise en place d’une stratégie de communication afin d’asseoir une position d’acteur incontournable de l’énergie. Ce processus toujours en cours passe également par une adaptation ponctuelle des missions et visions d’EDORA.
  • (Co-)Organisation d’évènements et présence plus importante dans la presse : en 2018, EDORA a été activement présente à 24 reprises dans la presse (tous médias confondus) et a participé aux évènements de la semaine wallonne « Air-Climat-Energie » afin de permettre à certains de ses membres d’y présenter publiquement leurs activités. EDORA a également organisé un débat pré-électoral entre les principaux partis politiques francophones afin d’obtenir leur positionnement relatif aux mesures politiques proposées par EDORA.

PERSPECTIVES 2019

En 2019, EDORA poursuivra son travail sur les principales thématiques traitées en 2018 et veillera à ce que les principales recommandations politiques du mémorandum d’EDORA pour les élections 2019 figurent dans les déclarations de politiques régionales et générale. EDORA œuvrera ensuite à leur mise en application avec les futurs gouvernements, tout en veillant à accroître encore son expertise dans certains dossiers cruciaux afin de présenter une vision de plus en plus concrète et fine du paysage énergétique de demain. Les défis seront importants, avec notamment, les éléments de contexte suivants :

  • Dernière législature avant la sortie du nucléaire prévue par la loi
  • Transposition nationale du « Clean Energy Package »
  • Finalisation de l’élaboration du Plan National Energie Climat 2030 (PNEC)
  • Mise en œuvre de l’adaptation des mécanismes de soutien aux renouvelables et du CRM
  • Poursuite et opérationnalisation des réflexions en cours sur la tarification carbone
  • Report à la future législature de la conclusion des mesures inabouties de la Pax Eolienica
  • Mise en œuvre du cadre décrétal «communautés d’énergie renouvelable»
  • Réponse à l’appel du secteur économique à diminuer les délais de recours au Conseil d’Etat

Par ailleurs, EDORA souhaite poursuivre l’amélioration de sa communication et finalisera un processus d’élaboration d’une nouvelle stratégie de communication, tout en renforçant encore sa présence médiatique, afin d’asseoir un statut d’acteur incontournable du secteur énergétique.